FilinfoISSN 1638-1572 ; ISSN 1634-4979 - Directeur de la publication Pascal Mourot

Accueil Fil-info-France __ABONNEMENT__
GRATUIT !
Entrez
votre email :
        
  Filinfo.tv
Tous les programmes TNT, BOX,
CABLE, SAT, HOROSCOPE
 
FIL INFO POLITIQUE 2015 > PARTIS - SYNDICATS - RADIOS - TV - PRESSE EN LIGNE - BLOGS - INSTITUTIONS - LIVRES
SPECIAL ELECTIONS DEPARTEMENTALES : Partis et leaders classés par ordre de résultats aux dernières élections européennes...
Site officiel, Front national, FN, droite, France Site officiel du Front National, FNSite officiel des RépublicainsSite officiel du Parti socialiste, PSSite officiel de l'UDIJean-Claude Lagarde, Président UDISite officiel EE-LVSite officiel du Front de gauche Spécial élections départementales, 22 et 29 mars 2015, filinfo, politique, Fil-info-France
FIL INFO POLITIQUE : Elysée, Premier ministre, Travail-Emploi, Diplomatie, Assemblée nationale, Sénat, Conseil constitutionnel, Cour de cassation, Journal Officiel
Sécurité Sociale, Pôle emploi, CAF, Retraite, Service Public, Justice, Cour des compte, Intérieur, Défense, Economie, Education, Culture, Impôts, Ecologie, Europe
 




Je vote, Spécial élections départementales, 22 et 29 mars 2015, filinfo, politique, Fil-info-France

Elections régionales 2015 :

Valérie Pécresse, présidente, région Ile-de-France, une, politique, Fil-info-FranceFRANCE - FIL INFO POLITIQUE - Résultats du second tour des élections régionales 2015 et aux assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique : Dimanche 13 décembre 2015, a été enregistré une hausse de participation pour le second tour des élections régionales 2015 et aux assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique. A 17 heures, le taux de participation pour la France métropolitaine s'élevait à 50,54 %. Le front républicain socialiste lancé par Manuel Valls, Premier ministre, appelant à voter pour la droite dans le Nord, le Sud et le Grand Est, a éliminé le Front national ( FN ) des présidences de régions. Mais ce dernier réalise un score historique, supérieur à celui de l'élection présidentielle de 2012. Rappelons qu'au premier tour, dimanche 6 décembre 2015, le FN était arrivé en tête dans 6 des nouvelles grandes régions françaises. Nicolas Sarkozy, ancien président de la République et président des Républicains ex-UMP, parti de droite d'opposition allié du centre UDI, avait pourtant exclu "tout retrait, toute fusion, toute alliance, tout accord contre le Front National". Le FN, sans aucune alliance au second tour, n'a donc pas remporté de présidence. La gauche, qui en très net recul, ne gagne que 5 des 13 régions métropolitaines (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Bourgogne, Bretagne, Centre-Val de Loire et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées). La droite remporte 7 régions (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Pays de la Loire, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte-d'Azur dite PACA et Normandie). Les régionalistes corses de la liste de Gilles Siméoni gagnent l'Assemblée de Corse. La plus riche région d'Europe, l'Ile-de-France, dirigée depuis 17 ans par la gauche (1998-2015), revient à la droite, emportée par la liste LR-UDI-MoDem de Valérie Pécresse (photo). Valérie Pécresse a fait cette promesse électorale à relever : "L'Ile-de-France, c'est mon engagement à 100 %. Je quitterai mon mandat de parlementaire si je suis élue et je ne serai pas ministre en 2017 si la droite gagne la présidentielle." En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Marine Le Pen, présidente du FN, avec 42 % des suffrages exprimés, est battue par Xavier Bertrand (Républicains) qui a déclaré que 'l'Histoire retiendra que c'est ici que nous avons stoppé la progression du FN (sic)". Marine Le Pen a annoncé "avoir triplé le nombre de ses conseillers régionaux", déclarant que le Front National est désormais "la première force d'opposition", dénonçant "un clivage" qui "ne sépare plus gauche et droite, mais les mondialistes et les patriotes (sic)". En Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Marion Maréchal-Le Pen, est battue par Christian Estrosi, qui a bénéficié des voix de gauche, écologistes compris. En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Philippe Richert (Républicains) est élu face à Florian Philippot, vice-président du FN. En Bretagne, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, arrive en tête, annonçant qu'il cumulera ses 2 postes en "raison de l'Etat d'urgence" (sic). Rappelons que le socialiste Manuel Valls, Premier ministre, avait déclaré à 2 jours de ces élections sur les ondes de la radio d'Etat France inter, qu'une "victoire du FN pourrait mener à la guerre civile". Début de citation : "Nous sommes à un moment historique, parce qu'au fond il y a deux options pour notre pays : il y a une option qui est celle de l'extrême droite, qui, au fond, prône la division et cette division, elle peut conduire à la guerre civile. Il y a une autre vision qui est celle de la République et des valeurs, qui est le rassemblement". Rappelons également que le ministère de l'Intérieur a permis à 800 000 Français de bénéficier de la réouverture exceptionnelle des inscriptions sur les listes électorales. Rappelons enfin que le Grand Orient de France, auquel appartient la majorité des élus et élites de gauche comme de droite, avait, aux côtés des organisations juives, appelé à faire barrage au Front National. Blogger, webmaster, abonnés : Filinfo sources ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ? ; Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Signaler une contrefaçon du filinfo, fil infos, fil news ou fil actu, contrefaçon par imitation !

Source :
Fil-info-France du lundi 14 décembre 2015 N° 4347/25743

FRANCE - FIL INFO POLITIQUE - Taux de participation en hausse pour le second tour des élections régionales 2015 et aux assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique : Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a confirmé dimanche 13 décembre 2015 une hausse de participation pour le second tour des élections régionales 2015 et aux assemblées de Corse, de Guyane et de Martinique. Début de citation : "A 17 heures, au second tour des élections régionales, le taux de participation pour la France métropolitaine s'élève à 50,54 %. Au second tour des élections régionales de 2004 à la même heure, le taux de participation était de 51,24 %, et en 2010 il était de 43,47 %. A 12 heures, au second tour des élections régionales, le taux de participation pour la France métropolitaine s'élevait à 19,59 %. Au second tour des élections régionales de 2004 à la même heure, le taux de participation était de 16,55 %, et en 2010 il était de 18,57 %". Fin de citation. Blogger, webmaster, abonnés : Filinfo sources ; Fil-info-France, quotidien international pourquoi ? ; Copyright et conditions d'utilisation du fil info ; Signaler une contrefaçon du filinfo, fil infos, fil news ou fil actu, contrefaçon par imitation !

Source : Fil-info-France du lundi 14 décembre 2015 N° 4347/25743




Ce qu'il faut savoir sur les régionales 2015 selon le ministère de l'Intérieur

Les modalités de vote

Les élections régionales auront lieu les dimanches 6 et 13 décembre 2015 en France Métropolitaine, Corse, Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion.

A partir du 1er janvier 2016, en application de la loi 2015-29 du 16 janvier 2015, la France sera organisée en 13 régions métropolitaines créées à partir des 22 anciennes dont certaines ont fusionné, sans modification des départements qui les composent.
La réforme territoriale a pour objectif de rendre l’État plus efficace en renforçant les capacités de pilotage stratégique au niveau des grandes régions.
Elle s’accompagne d’une modernisation de la fonction publique, avec comme objectifs l’amélioration de la qualité du service public, son accessibilité dans tous les territoires et le renforcement de la cohésion sociale territoriale.



Carte des nouvelles régions y compris DROM-COM (départements et régions d'outre-mer et collectivités d'outre-mer)

Qui peut voter ?
Pour voter aux élections régionales, il faut être de nationalité française, âgé de 18 ans révolus, jouir de ses droits civils et politiques et être inscrit sur la liste électorale d’une des régions ou collectivités concernées par ce scrutin

Vote-t-on partout en France ?
Toute la France métropolitaine ainsi que la Guadeloupe et la Réunion voteront pour élire les conseillers régionaux.
La Corse votera pour son assemblée territoriale.
La Guyane et la Martinique éliront les conseillers de leurs assemblées car elles deviennent des collectivités territoriales uniques, impliquant une fusion du département et de la région. Elles ne participent donc pas aux élections régionales mais votent aux mêmes dates.
En 2015, Mayotte ne connaîtra pas d’élections régionales.

Pour qui vote-t-on en décembre prochain ?
Les conseillers régionaux sont élus sur des listes de candidats comportant des sections départementales, ce qui permet à chaque département d’être représenté au sein de l’assemblée régionale.
Ils sont élus pour six ans.
Seront ainsi élus :
Les 1671 conseillers régionaux des 12 nouvelles régions métropolitaines (hors Corse)
Les 51 membres de l’Assemblée de Corse, qui sont élus selon un mode scrutin spécifique
Les 41 conseillers régionaux de la Guadeloupe et les 45 conseillers régionaux de la Réunion
Les conseils régionaux et généraux de Guyane et de Martinique seront remplacés à l'occasion des élections régionales de 2015 par une collectivité territoriale unique dans chacun de ces territoires

Pourquoi vote-t-on en décembre ?
En 2015, les élections régionales ont lieu les 6 et 13 décembre afin de s'adapter à la réforme territoriale (loi du 16 janvier 2015).
Ainsi, au 1er janvier 2016 (date d'entrée en vigueur de la réforme), le nombre de conseillers élus correspondra au nombre de régions.

Quelles nouveautés pour le mode de scrutin ?
Les assemblées régionales sont renouvelées intégralement tous les 6 ans. La loi du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral ne change pas le mode de scrutin, mais redéfinit le nombre des élus de chaque département au sein des conseils régionaux.

Au premier tour :
La liste qui recueille la majorité absolue des suffrages exprimés reçoit un quart des sièges à pourvoir, arrondi à l’entier supérieur (art. L338).
Les autres sièges sont répartis selon la règle de la plus forte moyenne entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.

Au second tour :
Si aucune liste n’obtient la majorité absolue, il est procédé à un second tour.
Seules sont autorisées à se présenter les listes ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés au premier tour. Par ailleurs, entre les deux tours, les listes peuvent être modifiées, notamment pour fusionner avec des listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.

La répartition des sièges se fait selon les mêmes règles que pour le premier tour, à ceci près que la majorité absolue n’est plus requise.
La loi du 6 juin 2000 implique que les listes de candidats soient constituées selon un principe de parité stricte.

Les départements dont la population est inférieure à 100 000 habitants doivent disposer d’au moins 2 conseillers régionaux, contre 4 pour les départements dont la population est égale ou supérieure à 100 000 habitants.

Plus d'infos :
- Lancement sous état d'urgence de la campagne électorale pour les élections régionales des dimanches 6 et 13 décembre 2015
-
La loi délimitant la nouvelle carte des régions et son calendrier électoral adoptée en procédure accélérée à l'Assemblée nationale

Sites officiels :
Ministère Intérieur ; Ouijevote.fr
 


Elections départementales 2015 :

Tous les réultats définitifs des 2 tours
selon les chiffres officiels du ministère de l'Intérieur.

Elections départementales 2015 - Dimanches 22 et 29 mars 2015

Second tour - Résultats officiels définitifs France entière
Dimanche 29 mars 2015

Binômes de candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Binôme du Front de Gauche 266 896 0,66 1,44
Binôme du Parti de Gauche 2 498 0,01 0,01
Binôme du Parti communiste français 100 413 0,25 0,54
Binôme du Parti Socialiste 2 967 414 7,36 16,06
Binôme Union de la Gauche 1 679 903 4,17 9,09
Binôme du Parti radical de gauche 64 110 0,16 0,35
Binôme Divers gauche 828 524 2,05 4,48
Binôme d'Europe-Ecologie-Les Verts 29 888 0,07 0,16
Binôme Divers 98 781 0,24 0,53
Binôme du Modem 48 038 0,12 0,26
Binôme Union du Centre 39 078 0,10 0,21
Binôme Union Démocrates et Indépendants 247 714 0,61 1,34
Binôme Union pour un Mouvement Populaire 1 596 790 3,96 8,64
Binôme Union de la Droite 5 102 327 12,65 27,61
Binôme Debout la France 9 797 0,02 0,05
Binôme Divers droite 1 278 606 3,17 6,92
Binôme Front National 4 107 943 10,18 22,23
Binôme Extrême droite 12 851 0,03 0,07


Résultats officiels définitifs au second tour - France entière
Participation au second tour - France entière
Dimanche 29 mars 2015

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 40 333 325
Abstentions 20 173 395 50,02  
Votants 20 159 930 49,98  
Blancs 1 150 937 2,85 5,71
Nuls 527 422 1,31 2,62
Exprimés 18 481 571 45,82 91,67


En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

Premier tour -
Résultats officiels définitifs France entière
Dimanche 22 mars 2015

Binômes de candidats Voix % Inscrits % Exprimés
Binôme Extrême gauche 14 723 0,03 0,07
Binôme du Front de Gauche 962 383 2,25 4,72
Binôme du Parti de Gauche 12 027 0,03 0,06
Binôme du Parti communiste français 269 205 0,63 1,32
Binôme du Parti Socialiste 2 704 544 6,33 13,28
Binôme Union de la Gauche 1 667 533 3,91 8,19
Binôme du Parti radical de gauche 62 370 0,15 0,31
Binôme Divers gauche 1 383 291 3,24 6,79
Binôme d'Europe-Ecologie-Les Verts 412 728 0,97 2,03
Binôme Divers 271 001 0,63 1,33
Binôme du Modem 72 410 0,17 0,36
Binôme Union du Centre 58 985 0,14 0,29
Binôme Union Démocrates et Indépendants 263 085 0,62 1,29
Binôme Union pour un Mouvement Populaire 1 337 365 3,13 6,56
Binôme Union de la Droite 4 256 292 9,97 20,89
Binôme Debout la France 81 981 0,19 0,40
Binôme Divers droite 1 386 578 3,25 6,81
Binôme Front National 5 142 177 12,04 25,24
Binôme Extrême droite 13 382 0,03 0,07


Participation au 1er tour - France entière
Dimanche 22 mars 2015

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 42 694 326
Abstentions 21 274 933 49,83  
Votants 21 419 393 50,17  
Blancs 703 879 1,65 3,29
Nuls 343 454 0,80 1,60
Exprimés 20 372 060 47,72 95,11


En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

Libellé Signification Définition des listes
BC-EXG Binôme Extrême gauche Binôme d’extrême-gauche : Parti Anarchiste Révolutionnaire, Les Alternatifs, Nouveau Parti Anticapitaliste, Lutte Ouvrière, Solidarité écologie gauche alternative, Parti Ouvrier Indépendant
BC-FG Binôme du Front de Gauche Binôme investi par le Parti de Gauche et le PCF
BC-PG Binôme du Parti de Gauche Binôme du Parti de Gauche
BC-COM Binôme du Parti communiste français Binôme du Parti communiste français (PCF)
BC-SOC Binôme du Parti Socialiste Binôme du Parti socialiste
BC-UG Binôme Union de la Gauche Binôme d’Union des partis de gauche : pour être nuancé BCUG, un Binôme doit obtenir l’investiture du PS et d’au moins un autre parti de gauche (EELV, PRG, PCF, Parti de gauche).
BC-RDG Binôme du Parti radical de gauche Binôme investi par le Parti Radical de Gauche
BC-DVG Binôme Divers gauche Binôme Parti Radical de Gauche, Mouvement Républicain et Citoyen, Mouvement Unitaire Progressiste, candidats de gauche sans investiture et Binôme de candidats investis par plusieurs partis de gauche (autres que BCFG) mais sans l’investiture du Parti socialiste. Autres formations se rattachant à la gauche.
BC-VEC Binôme d’Europe-Ecologie-Les Verts Binôme investi par Europe-Ecologie-Les Verts
BC-DIV Binôme Divers Binôme Chasse Pêche Nature Tradition, Parti blanc, Parti Pirate, Parti d’en rire, Rassemblement des Contribuables Français (et autres mouvement anti-fiscaliste), Solidarité et Progrès, parti religieux (Parti des musulmans de France), parti socioprofessionnel, Binôme régionaliste, Autres mouvements écologistes : Confédération des Ecologistes Indépendants, Génération Ecologie, Le Trèfle, Homme-Nature-Animaux, Mouvement Ecologiste Indépendant, Cap 21
BC-MDM Binôme du Modem Binôme investi par le Mouvement Démocrate
BC-UC Binôme Union du Centre Binôme d’union du centre : Pour être nuancée LUC, une Binôme doit obtenir l’investiture de « l’Alternative », c’est-à-dire du Modem et de l’UDI
BC-UDI Binôme de l’Union des Démocrates et des Indépendants Parti Radical, Nouveau-Centre, Parti Libéral Démocrate, Alliance Centriste, la Gauche Moderne, Force Européenne Démocrate, Nouvelle Ecologie Démocrate
BC-UMP Binôme de l’Union pour un Mouvement Populaire Binôme investi par l’Union pour un Mouvement Populaire
BC-UD Binôme Union de la Droite Binôme d’Union des partis de Droite : Pour être nuancée BCUD, une Binôme doit obtenir l’investiture de l’UMP et de l’UDI.
BC-DLF Binôme Debout la France Binôme investi par Debout la France
BC-DVD Binôme Divers droite Binôme Alliance Royale, Parti Chrétien Démocrate, Debout la République, République Solidaire, CNIP et autres formations se rattachant à la Droite.
BC-FN Binôme Front National Binôme du Front National
BC-EXD Binôme Extrême droite Binôme Mouvement National Républicain, Bloc identitaire, Ligue du Sud, Alsace d’Abord, Force Française, Parti de la France


SPECIAL ELECTIONS DEPARTEMENTALES 2015 :



Dates : Les élections départementales ont lieu les dimanches 22 et 29 mars 2015.

Nouveautés : Les élections départementales remplacent les élections cantonales et désignent les membres du conseil départemental  (ex-conseil général) dans le cadre du canton.
Les conseillers généraux élus en 2008 et en 2011 sont tous remplacés en mars 2015 par des conseillers départementaux.

- l’élection d’une femme et d’un homme par canton pour assurer la parité,
- de nouveaux cantons qui tiennent mieux compte de la répartition de la population pour une représentation plus juste,
- tous les conseillers élus pour 6 ans au scrutin majoritaire à 2 tours.

A compter de ce scrutin, les conseils généraux et les conseillers généraux seront dénommés respectivement conseils départementaux et conseillers départementaux.
Ces élections ont lieu dans le cadre de la nouvelle carte cantonale dont les limites ont fait l’objet d’une révision générale
 entre mars 2013 et février 2014.
Les conseillers départementaux seront ainsi élus dans les 2 054 cantons issus de cette réforme.

Paris : Concernant Paris, à la fois commune et département, il n’y a pas d’élections départementales, le Conseil de Paris étant élu
 selon le scrutin municipal.

Dom - Tom - Drom - Com : Les mandats des conseillers généraux de Guyane et de Martinique seront prolongés jusqu’à la création de la collectivité territoriale unique qui interviendra au 1er janvier 2016. Ces départements auront alors une assemblée unique avec à la fois les compétences d’un département et d’une région. Les scrutins relatifs aux futures collectivités uniques de Guyane et de Martinique se dérouleront en décembre 2015, à l’instar du scrutin de renouvellement des conseils régionaux.

Lyon : Dans le département du Rhône, les élections départementales de mars 2015 ne concernent pas le territoire de la métropole de Lyon où les conseillers communautaires, qui sont devenus les conseillers de la métropole de Lyon au 1er janvier 2015,
 garderont les compétences départementales.

Campagne d'information nationale PRESSE - RADIO et TV : Pour accompagner ces élections, un campagne d'information grand public a lieu du 3 au 29 mars 2015.


Plus de détails sur le site officiel du ministère de l'Intérieur :
www.ouijevote.fr


Résultats : site officiel du ministère de l'Intérieur
www.interieur.gouv.fr


Source : Fil-info-France, quotidien international francophone Fil info du lundi 23 mars et lundi 30 mars 2015.


Le ministère de l'Intérieur annonce l'ouverture d'une campagne d'information sur les élections départementales 2015

 
FIL INFO : Webmaster, blogger, affichage gratuit sur votre site !

Affichez librement ce logo sur votre site !

SOS-Reporters.org, Organisation Non Gouvernementale de défense de la Liberté d'expression et d'Opinion

Le ruban bleu est le symbole sur le Web
de la défense de la Liberté d'expression !


Bon surf !


 

Archives janvier-février 2015 - 2014
CGU

* L'usager (vous, lecteur, lectrice) ne peut accéder à ce site sans avoir pris connaissance de ces CGU, Conditions Générales d'Utilisation.


CGU - Copyright - Mentions légales